Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

EASPD et ses partenaires clés appellent l'UE à agir sur la protection sociale

L’EASPD a organisé au Parlement européen le 28 juin un séminaire  sur la création d'emplois dans le secteur des services sociaux. Les membres du Parlement européen (MPE), des représentants des services sociaux, des syndicats et des organisations représentant les personnes handicapées ont demandé à la Commission européenne (CE) et le Parlement européen (PE) à faire plus pour soutenir en Europe les services sociaux de haute qualité - grâce à une formation adéquate des professionnels.


L'Association européenne des prestataires de services pour les personnes en situation de handicap (EASPD) a organisé un séminaire au Parlement européen sur le rôle de l'UE dans le déblocage de création d'emplois dans le secteur des services sociaux. Hébergé par le Membre du Parlement européen, M. Heinz K. Becker (PPE / AT) et Mme Marian Harkin (ALDE / IE), l'événement a été l'occasion pour l’EASPD de discuter avec ces partenaires clés les obstacles sous-jacents à la création d'emplois dans les services sociaux, un secteur qui a créé plus de 1,4 millions de nouveaux emplois depuis 2008.

 

M. Franz Wolfmayr, Président de l’EASPD, a ouvert le séminaire en appelant l'Union européenne à reconnaître le potentiel de création d'emplois dans les services sociaux. Le MEP M. Becker a souligné la nécessité de sensibiliser le public aux questions touchant la protection sociale au niveau de l'UE, en faisant valoir que la sensibilisation doit également conduire à l'action. Il a également appelé la Commission à inclure une dimension forte sur l’emploi de qualité des services sociaux dans le Socle des Droits Sociaux.

 

M. James Churchill et Mme Andreia Moraru, président et co-présidente du groupe d'intérêt de l'EASPD sur les ressources humaines, ont présenté les principaux résultats de deux études commandées par l’EASPD en 2015: (1) « Les premières recherches sur la pauvreté au travail dans le secteur de prestation de services sociaux »; et (2) « Les soins au 21e siècle - élargir la main-d'œuvre de la protection sociale pour les personnes handicapées ». Les études mettent en évidence les principales difficultés rencontrées par les professionnels du secteur des services de soins sociaux et ils présentent des données précieuses justifiant la nécessité d'agir au niveau politique.

 

Pendant sa présentation, M. Churchill a souligné que l’assistance ou aide sociale est distinct du travail social et de la santé: «Il est en grande partie ‘ invisible’ mais l’assistance sociale est un secteur en croissance en terme de potentiel de création d’emplois ». Les études montrent qu'il existe maintenant une «occasion de faire un changement majeur dans la qualité de la vie des gens à travers la mise à jour des compétences et des connaissances de la population active, mais à côté de cette opportunité il y a aussi certains risques tels que la pauvreté des travailleurs et le manque d'attrait du secteur aux jeunes travailleurs. »

 

La première table ronde a abordé les obstacles sous-jacents à la création d'emplois. Le député européen M. Georgi Pirinski (S & D / BU) a débuté en demandant à la Commission européenne que le travail de la plate-forme sur le travail non déclaré se concentre sur la collecte de données dans le domaine de l’aide et la protection sociale. Il a également soutenu que le Semestre européen doit également commencer à se pencher sur ces débats.

 

M. Nicholas Costello, chef d'unité adjoint de création d'emplois à la DG EMPL de la Commission européenne (CE), a recommandé de soulever la question de la main-d'œuvre dans le secteur de l’aide sociale dans quatre développements politiques: le Socle européen des droits sociaux, la stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois, l’Équilibre entre vie professionnelle et vie privée et la Plate-forme européenne sur le travail non déclaré. Mme Heather Roy, président de Social services Europe, a plaidé que si la CE veut créer des emplois en Europe, alors il doit investir dans les services sociaux. M. Mathias Maucher, Policy Officer à la fédération syndicale européenne des services publics, a conclu le débat en faisant appel à la CE pour aider à soutenir et à renforcer les structures de dialogue social dans les services sociaux, tant au niveau national et européen.

 

MEP Mme Marian Harkin -qui est également co-présidente de l’Intergroupe du Parlement européen sur le secteur du personnel soignant- a ouvert la deuxième table ronde sur la protection sociale et la qualité de vie en faisant valoir que l'amélioration de la coopération entre les soins formels et informels est essentielle et doit être inclus dans le Socle des droits sociaux . M. Stecy Yghemonos, directeur exécutif de Eurocarers, a argumenté contre la fausse prise en charge par de nombreux Etats membres que les soins informels est une option moins coûteuse que de développer un meilleur équilibre entre les soins formels et informels. Mme Ansofie Leenknecht, responsable des droits humains du Forum européen des personnes handicapées, a conclu le panel en réaffirmant que l'accès aux services pour les personnes handicapées est un droit, et pas de la charité et que plus doit être fait pour assurer l'accès à des services de qualité, notamment l’accès aux services publics ordinaires.

 

Pour conclure, M. Luk Zelderloo, Secrétaire Général de l’EASPD, a appelé les députés européens à élaborer un rapport d'initiative sur « le déverrouillage de la création d'emplois dans le secteur des services sociaux »; un appel soutenu par les représentants des services sociaux européens, la fédération syndicale européenne des services publics et le Forum européen des personnes handicapées présentent lors du séminaire. L’EASPD continuera à travailler avec les membres du PE pour assurer des solutions adéquates et un avenir durable pour des services sociaux de haute qualité en Europe.

 

Documents (en anglais)
Sources complémentaires
Contact

Nieves Tejada, EASPD Communications Officer
Thomas Bignal, EASPD Policy Officer