Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

EDITORIAL

Nous vivons à une époque fascinante dans laquelle les choses évoluent tellement vite que nous ne remarquons pas toujours l’importance de certains changements.
Permettez-moi de partager avec vous quelques-unes des extraordinaires tendances récentes qui auront un impact sur notre secteur et au-delà.
Istanbul, fin septembre 2013. 350 délégué(e)s discutent sur le thème de l’emploi des personnes handicapées en Europe. Je suis certain que les délégué(e)s seront d’accord que cet événement, organisé par l’EASPD avec le très apprécié soutien et la coopération des autorités turques, a permis à quelques importants changements de tendances de faire surface.
Premièrement, le Réseau Entreprise et Handicap de l’OIT a été très impliqué et actif :: un groupe de multinationales, d’organisations d’employeurs, ainsi que de groupes de personnes handicapées, s’est engagé à identifier les bonnes pratiques, à développer les produits et services qui facilitent l’embauche et la rétention des personnes handicapées. Au bout de deux décennies promouvant l’intégration de la question des personnes handicapées sur le marché libre du travail, avec des résultats très limités, cette coopération pourrait déclencher une avancée majeure à l’échelle du continent. En effet, quand il s’agit d’opportunités d’emploi, les employeurs sont les acteurs clés. Ceci pourrait sembler évident, mais cela n’a jusqu’à présent pas vraiment été exploré avec eux.
Une délégation  iranienne relativement nombreuse a participé à la conférence d’Istanbul. Le président de Tevona, une ONG iranienne, s’est adressé à l’auditoire et a déclaré que nous devrions investir plus dans l’inclusivité et moins dans les bombes, et  a proposé une coopération mieux structurée à travers les cultures et frontières. Ceci était-il un écho de ce qui s’est passé à New York au sommet de l’ONU? Ceci annonce-t-il une avancée majeure en politique internationale? Nous avons parfois l’opportunité d’être témoins d’évènement qui vont bien au-delà de notre secteur, gardons donc espoir.
 
Il y a quelques jours, la Communication sur la dimension sociale de l’Union Économique et Monétaire (UEM) a été publiée. Les décideurs politiques de l’UE ont implicitement admis que la structure de l’UEM était faible, mal organisée et déséquilibrée. Enfin! En effet, une politique monétaire cohérente sans convergence avec les politiques sociales visant à une protection sociale de haute qualité, est non seulement une illusion, mais est également extrêmement dangereuse, aussi bien pour la stabilité politique que pour la qualité de vie des citoyens. La Commission a proposé un tableau de bord pour contrôler les effets des politiques  – d’austérité – financières et fiscales. La promotion du dialogue social sera faite. Reste-t-il des choses à améliorer ? Oui, bien sûr. Le tableau de bord pourrait négliger certaines tendances importantes seulement visibles lorsque l’on étudie la question de plus près et il n’aura pas de conséquences contraignantes; le dialogue social n’est pas encore entièrement développé dans tous les secteurs. La bonne nouvelle est cependant qu’il y a des signes de changements d’attitudes. La Communication pourrait nous aider à reconnecter l’économie au bien-être social des citoyens. Nous savons où commencer notre tâche.
Luk Zelderloo