Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

Éditorial: "Cher M. Juncker, Cher M. Schulz..."

Chers présidents,
Chers M. Juncker et M. Schulz,
Chers Jean-Claude et Martin,

Félicitations ! Il y a seulement quelques jours vous n’étiez qu’un candidat aspirant, et vous voilà maintenant Président de l’une des plus éminentes institutions de l’UE.

 

Un candidat aspirant ? N’y pensez-plus. Vous assumez désormais un nouveau rôle : celui de leader, et à vrai dire c’est hier… que votre vraie tâche a débuté… Indiscutablement, l’Europe traverse des moments difficiles et il ne fait aucun doute que la présidence qui vous a été confiée ne sera pas une petite affaire. Les statistiques prouvent que la pauvreté au sein de l’Union est loin de reculer, tout au contraire. Oui, il se peut que la crise soit terminée, mais il n’en reste pas moins qu’elle s’est transformée en crise politique, brisant l’image de « modèle à suivre » que présente l’Union Européenne ! La popularité de plus en plus évidente de l’euroscepticisme, l’apparition de nouvelles superpuissances économiques dans d’autres continents et l’instabilité politique (et militaire) qui règne le long de la frontière orientale de l’UE sont autant de défis auxquels vous aurez à faire face. Comment allez-vous gérer ces inquiétantes problématiques ? Je vous en prie, ne reformulez pas ce qui a été dit autrefois. Il ne s’agit pas de simples défis, si l’on veut que l’Europe sorte gagnante de cette impasse un leadership de haut niveau s’impose. Vous le savez très bien, la seule solution est de resserrer et de renforcer les liens de coopération entre les États membres et les institutions de l’UE, pour permettre à la société civile de jouer son rôle de pourvoyeur de cohésion et d’inclusion sociales, en s’assurant d’instaurer un programme social ambitieux en plus d’un programme économique modeste. L’avenir de l’union politique ne pourra être garanti que si l’on associe ces deux programmes.

 

Tout prouve que vos premiers jours ont été une réussite, car vous avez réussi en quelques journées seulement à formuler une nouvelle stratégie en faveur de l’Union. Il est impératif que l’UE donne une image moins « froide » d’un point de vue bureaucratique et qu’elle mette en place une nouvelle compétence, à savoir une compétence qui consisterait à ne pas constamment créer plus de réglementations et un surcroît de paperasserie. Les pourvoyeurs et promoteurs de la cohésion et de l’inclusion sociale devraient avoir une plus grande marge de manœuvre pour agir et élaborer leurs projets, ce qui faciliterait la création d’emplois dans les secteurs verts et blanc. Tout ça, c’est bien beau, mais comme on le sait tous : « c’est à l’œuvre que l’on connaît l’artisan ».

 

Ici, à l’EASPD, non seulement tous nos meilleurs vœux de réussite vous accompagnent dans cette période difficile, mais nous espérons également nouer des liens constructifs et coopératifs avec vos deux institutions au cours des cinq prochaines années, pour vous aider à résoudre ces questions.

 

Sur un tout autre sujet, je désire aussi souhaiter la bienvenue à Maria-Luisa Cabral, la nouvelle responsable de l’Unité Handicap de la Commission Européenne, que j’ai eu l’honneur de rencontrer en personne le 18 juin dans le cadre de la réunion du Comité exécutif de l’EASPD. La tâche qui l’attend est également semée d’écueils. La stratégie en faveur des personnes handicapées demande à être mise à jour et devrait davantage répondre aux besoins du secteur. Promouvoir un marché du travail plus inclusif, une éducation ouverte à tous et une insertion communautaire n’est pas – que nous le voulions ou non – la priorité ni des gouvernements ni de parlements européens. Chère Madame Cabral, comptez sur notre soutien et, j’en suis convaincu, de celui de bien d’autres personnes, pour vous aider à faire la différence.

 

Jean-Claude, Martin et Maria-Luisa, je vous souhaite une pause estivale dans la détente complète…quelques jours de repos bien mérités… L’automne promet d’être houleux...

 

Luk Zelderloo, Secrétaire Général de l'EASPD.