Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

Éditorial de Luk Zelderloo

Bonne et heureuse année à tous et toutes, et la bise à tous les dirigeants rassemblés à DAVOS !

Les leaders politiques mondiaux et chefs d’entreprise clés se sont de nouveau réunis à Davos pour leurs bavardages annuels – événement aussi appelé le Forum économique mondial – pour discuter de la manière dont l’économie et la société devraient continuer à évoluer.

Surprise … Dans une des premières déclarations, les organisateurs de cet ‘événement auquel se doivent d’assister les personnes les plus pertinentes sur le plan économique’, ont déclaré que l’inégalité croissante était une menace pour notre société. Ils ont confirmé cette déclaration en reconnaissant ensuite que l’effondrement des structures sociales était un risque mondial. Nos amis au FEM ont même dit qu’il était crucial d’empêcher que la jeune génération ne soit une génération perdue, le chômage et l’écart entre les revenus étant perçus comme des dangers énormes.

Il y a peut-être quelque chose que je n’ai pas bien compris, mais ces personnes ne sont-elles pas les  mêmes que celles du groupe qui a aidé à concevoir les plans d’austérité, détruisant ainsi les systèmes de protection sociale et le secteur des services sociaux dans de nombreux pays? En outre… ces mêmes personnes, qui avaient déclenché la crise économique mondiale, n’avaient-elles pas été chaleureusement accueillies au FEM en 2007, 2008 et 2009?

Bon, ne soyons pas trop cyniques. En fait, c’est toujours une bonne nouvelle lorsque des groupes de réflexion comme le FEM commencent à comprendre que la richesse économique doit être distribuée équitablement et que n’oublier personne  – cohésion et inclusion sociale – est primordial, non seulement du point de vue des Droits de l’homme, mais également lorsqu’on adopte une approche purement économique. Une économie prospère nécessite une composante sociale forte, sinon elles se trouvent en conflit! Ceci est maintenant évident. Le FEM a finalement vu la lumière! Il aura fallu 5 ans d’austérité et de réductions de budgets pour que les gens comprennent. Ils auraient peut-être dû écouter un peu plus attentivement les messages des nombreuses ONG et chercheurs/analystes qui le leur disent depuis le premier jour de la crise.

Le pacte de l’équité

Comme nous le savons tous, le chemin depuis une recommandation par un groupe de réflexion jusqu’à la mise en œuvre de la politique, est long et tortueux; en effet, les processus bien intentionnés déraillent souvent. La question est donc: comment les États-membres et les décideurs politiques de l’UE vont-ils transposer les recommandations du FEM en politiques efficaces? Nous avons déjà le pacte de consolidation fiscale et constatons ses effets dévastateurs…. Donc, pourquoi ne pas nous lancer dans un ‘Pacte d’équité’ entre les autorités, le monde des affaires, la société civile et la société dans son ensemble? Ceci pourrait être opportun, comme les élections approchent rapidement. Il ne reste que quelques mois à la CE pour mettre une politique transformatrice sur les rails.

Cette politique doit être basée sur l’investissement dans les gens – les jeunes,  les handicapés, les exclus… - facilitant leur réinsertion dans le marché du travail et dans les communautés locales. Elle doit être basée sur un nouveau mécanisme innovant de partage de la richesse créée et finalement, elle doit restaurer la confiance des citoyens en engageant un dialogue réel avec eux. Cela ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais c’est certainement un pas dans la bonne direction.

Je vous adresse donc mes meilleurs vœux pour l’année 2014! Nous ne pouvons que souhaiter que cette nouvelle année soit celle où tout le monde comprendra enfin combien le social est important pour chaque économie.

Luk Zelderloo