Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

EDITORIAL: Financement des ONG. Sujet dèlicat

Chers amis de tout le continent,

J’espère que cet été vous aura apporté autant de détente et d’inspiration que moi. J’ai eu le plaisir d’être accueilli par les Albanais et j’ai apprécié la beauté de leur pays. Bien que ce pays ait d’énormes problèmes, il a aussi beaucoup à offrir.

À Bruxelles et Strasbourg, les gens reprennent lentement le ‘mode travail’

, les messages électroniques commencent de nouveau à s’empiler et la communication entre les ONG est plus vivante que jamais.

Ainsi, dû au fait que la CE a lancé un appel pour les dites Actions Communes, de nombreuses ONG essaient de formuler des propositions pour répondre aux besoins du secteur social et de ses structures au niveau de l’UE et au niveau national. Le point de concentration de ces actions communes est la mise en œuvre des stratégies et politiques de l'UE. La CE semble s’orienter vers un moyen de soutenir l’activité des ONG avec plus de conditions et les organisations de la société civile deviennent les instruments de la mise en œuvre des politiques de l’UE.

Ceci peut être interprété de deux manières différentes: comme un moyen employé par l’UE pour instrumentaliser le rôle des ONG ou, au contraire, comme une opportunité de renforcer les ONG en finançant leurs activités. De mon point de vue, c’est un peu les deux.

Les organisations de la société civile européenne – de même que tous les autres acteurs au sein de la société – ont besoin d’argent afin de remplir leur mission et, en essayant d’en obtenir, elles deviennent de plus en plus dépendantes de la CE. Heureusement, dans la plupart des cas, cela se passe bien. Le SIP, la recommandation sur le droit des enfants, le cadre des fonds structurels, ont été développés avec la contribution des ONG et leur offrent de nombreuses opportunités de travailler sur leur propre programme, afin de construire une société plus juste et équitable. La société civile représente le 5ème pouvoir, aux côtés des 3 pouvoirs d’autorité (législatif, exécutif, judiciaire) et des médias. Avec l’obligation de se concentrer sur le programme de l'UE, le risque est de perdre la valeur ajoutée spécifique de la représentation des voix des citoyens engagés qui se préoccupent de la communauté.

D’autre part, nous pouvons aussi considérer ce processus de participation des ONG dans la communication et mise en œuvre des stratégies de la CE comme une reconnaissance – enfin – de notre position, impact et contribution positive à une UE bien établie et qui en vaut la peine. Construire une Europe forte, qui a une importance pour les gens, serait ainsi impossible sans l’engagement total et actif de la société civile, à tous les niveaux.

Ainsi, chers amis de la société civile, notre défi est de sauvegarder notre indépendance, tout en sachant bien que nous sommes interdépendants.

Je suis peut-être trop préoccupé par le soutien que la CE apporte à la société civile dans la communication des stratégies UE. L’objectif de l’UE est peut-être seulement de vouloir contourner les autorités nationales qui ont tendance à ignorer la CE dans notre domaine… ceci pourrait cependant être une préoccupation réelle!