Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

La CE devrait garantir un investissement adéquat pour les services de proximité dans ses recommandations pour les États membres

La Commission européenne (CE) a récemment publié ses recommandations par pays (CSRS) de 2016 adressées aux États membres. Au cours des dernières années la CE a fait des déclarations positives sur la façon dont les services d’accompagnement et de soins sociaux doivent être fournit. C’est pourquoi le Groupe d’experts européens sur la transition des services de soin en institution vers les services de soin de proximité (EEG) accueille positivement plusieurs recommandations centrées sur la qualité des soins et de l’accompagnement ainsi que sur l’accès à l’emploi, à l’éducation pour les groupes défavorisés. Néanmoins, le focus sur l'austérité de certaines recommandations pourrait nuire le développement des services d’accompagnement de proximité en Europe, si aucune garantie n’est pas mise à disposition pour faciliter les  investissements publics dans ce domaine.


En Europe, des millions d'enfants, des personnes handicapées, des personnes âgées, des sans-abri et d'autres groupes défavorisés vivent dans des milieux institutionnels, exclus de la société. Si nous ne garantissons pas un service d’accompagnement personnalisé, adéquat, disponible dans la communauté d’origine de ces personnes, qui soit accessible à tous ; l'institutionnalisation va malheureusement continuer. Ceci viole leur droit à vivre de façon autonome ou d’être élevé par leur famille et d'avoir la possibilité de faire des choix et de contrôler leur vie, tout comme les autres personnes. Puisque les gens dans les milieux institutionnels sont généralement incapables de prendre part à l'enseignement ordinaire ou sur le marché du travail ordinaire, l'impact économique et social de leur exclusion est très élevé.

 

L’enquête sur la croissance annuelle de la CE 2016 appuie pleinement cet argument et a exhorté la nécessité de garantir "une l'infrastructure sociale plus flexible, personnalisée et mieux intégrée pour promouvoir l'inclusion active des personnes ...» Son analyse de la pauvreté et l'exclusion sociale a également fait valoir que " l'accès aux soins de santé de haute qualité à un âge précoce est indispensable pour que les gens puissent grandir et vivre sainement et contribuer à la société ».

 

L'EEG se réjouit de constater que plusieurs CSRs montrent l'engagement de la Commission européenne à garantir une transition des soins institutionnels vers les soins communautaires.

 

Par exemple, la recommandation en Estonie pour "assurer la prestation et l'accessibilité des services publics de haute qualité, en particulier les services sociaux, au niveau local, notamment par l'adoption et la mise en œuvre de la réforme du gouvernement local proposé" est une étape particulièrement positive. La même chose peut être dite au sujet de la recommendation appelant la Roumanie à «améliorer l'accès aux services publics intégrés".

 

L'EEG, cependant, reste préoccupé que ces recommandations sociales positives peuvent ne pas être suffisamment protégés et renforcés avant des recommandations dans le domaine de l'assainissement budgétaire, notamment dans la plupart des CSRs. Par exemple, alors que l'Espagne reçoit CSRs positifs liés à une meilleure coordination des services régionaux de l'emploi avec les services sociaux ou d'améliorer les régimes de soutien de la famille, y compris l'accès à la qualité de garde d'enfants et de soins de longue durée, il reçoit également une recommandation à «assurer une durable correction du déficit excessif d'ici à 2017, la réduction du déficit des administrations publiques à 3,7% du PIB en 2016 et à 2,5% du PIB en 2017 ". Il est indispensable de veiller à ce que les recommandations budgétaires ne portent pas atteinte à la mise en œuvre des recommandations sociales.

 

Luk Zelderloo, co-président de l'EEG et secrétaire général de l’EASPD, soutient que «la Commission européenne doit garantir des investissements publics dans le domaine de l'infrastructure sociale de qualité dans les recommandations relatives à l'assainissement budgétaire. Cela permettrait d'assurer que la Commission européenne contribue positivement à la transition vers les soins communautaires, tout en restant dans les attributions de leurs accords fiscaux ".

 

L'EEG appelle l'Union européenne à poursuivre la lutte contre la ségrégation des institutions et pour créer des communautés inclusives dans toutes ses politiques et activités, même au-delà de l'utilisation des fonds structurels et européenne d'investissement.

 

Pour plus d'informations, veuillez contacter Thomas Bignal, Responsable de la politique EASPD, à l’adresse thomas.bignal@easpd.eu.

 

Documents connexes

 

Note aux rédacteurs

Le GEE (Groupe des Experts européens (European Expert Group (EEG) ) sur la transition de institutionnelle à base communautaire de soins comprend les organismes suivants: COFACE (Confédération des organisations familiales de l'Union européenne), EASPD (Association européenne des fournisseurs de services pour les personnes handicapées), EDF (Forum européen des personnes handicapées), ENIL / ECCL (Réseau européen pour la vie autonome / Coalition européenne pour la vie), ESN (European social Network), Eurochild, FEANTSA (Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri), inclusion Europe, Lumos, Santé mentale Europe, ainsi que le Bureau du haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme - Bureau régional pour l'Europe et l'UNICEF.