Langues

Resize Text

+A A -A

Change Colors

Vous êtes ici

L’EASPD salue la nouvelle Commission européenne et embrasse la proposition d'un Semestre européen plus social

La nouvelle structure de la Commission européenne (CE) a été révélée par Jean-Claude Juncker, son président élu. Après des semaines de rumeurs, il a annoncé officiellement la composition de son équipe, ainsi que les différents portefeuilles. L’Association européenne des Prestataires de Services pour Personnes en situation de Handicap (EASPD) souhaite féliciter tous les commissaires désignés, en particulier le nouveau commissaire à l’Emploi, aux Affaires sociales, aux Compétences et à la Mobilité de l’Emploi, Mme Marianne Thyssen, ainsi que le nouveau commissaire à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des Genres, Mme Vĕra Jourová.


La composition proposée marque un très net changement au sein de la Commission, notamment en ce qui concerne la décision de créer une équipe de coordination, composée de sept vice-présidents, qui seront habilités pour superviser toutes les initiatives qui verront le jour au sein de la Commission. L’EASPD s’inquiète de la façon dont cette mission sera accomplie dans la pratique, et se soucie des mécanismes que l’on mettra en œuvre en cas de désaccord, et qui permettront d’éviter toute absence de cohésion et d’efficacité, ou toute paralysie éventuelle. Nous nous demandons également de quelle façon cette approche transversale influera sur le travail des commissaires avec des intervenants appartenant au secteur social.

 

Le principe d’un plan d’action pour « mieux légiférer » est plus présent que jamais dans la structure de la Commission, mais le plan de travail pour la mise en œuvre de ce concept n’a pas encore été précisé. Nous espérons que, loin de porter à une réduction du nombre d’initiatives de la CE et de propositions du PE, en favorisant certaines questions plutôt que d’autres, cette nouvelle compétence, dont M. Frans Timmermans est titulaire, aidera la Commission européenne à respecter les principes de subsidiarité et de proportionnalité de l’UE, tout en maximisant la contribution au programme pour l’emploi et l’expansion de l’UE.

 

L’EASPD estime que l’incorporation des compétences et de la mobilité de l’emploi dans le portefeuille des Affaires sociales est une excellente initiative. Ces questions revêtent une grande importance dans le secteur des prestataires de services pour personnes en situation de handicap, mais nous souhaitons néanmoins savoir pour quelle raison l’Inclusion et le Dialogue social ont été exclus. L’EASPD se félicite également de la volonté d’accorder plus d’importance aux aspects de l’emploi et des aspects sociaux au cours de ce semestre européen, comme moyen de pression pour renforcer le développement de systèmes de protection sociale, et aider des pays de l’UE à moderniser leur marché du travail, en les rendant plus inclusifs. L’EASPD espère que cette concentration renforcée sur l’aspect social au cours du semestre européen facilitera la réalisation des objectifs de l’stratégie « Europe 2020 ».

 

Pour garantir l’avenir de l’Union politique, il est nécessaire d’établir un meilleur équilibre entre le programme économique et le programme social. Pour ceci, il est nécessaire, pour l’UE, de permettre à des partenaires clé des secteurs économique et social de participer aux prises de décision. L’EASPD se réjouit d’avance de pouvoir travailler avec la nouvelle équipe de la CE, et d’écouter attentivement les débats publics au Parlement européen, afin de mieux comprendre les propositions de la CE visant à maximiser le potentiel de création d’emplois du secteur des services sociaux, et de découvrir quelles seront ses initiatives destinées à renforcer le développement de ce secteur.


Pour des plus amples informations, veuillez contacter

Nieves Tejada, EASPD Communications Officer.